• Accueil

    "J'ai accompli de délicieux voyages embarqué sur un mot."

    Honoré de Balzac

    Accueil lecture voyages sur un mot roman avis littéraire chronique livre

     

    Voici une citation qui me tient à coeur. En effet, amoureuse des livres que je suis, cette simple phrase représente beaucoup à mes yeux. Et c'est donc d'elle que je tire le nom de ce blog.

    Comme on pourrait s'en douter, cet endroit sera dédié à la lecture. Ici, je vous parlerai de mes voyages au sein des pages des livres que j'ai lu (dont vous trouverez le répertoire ici), ainsi que de mes errances à la plumes dans mes propres écrits. Et peut-être parlerais-je un peu de moi de temps en temps si le cœur m'en dit, qui sait.

    Sur ce, je vous souhaite un bon voyage dans cet antre des mots...

     

    Et n'hésitez pas à laisser un trace de votre passage. Ou à vous inscrire à la newsletter pour être informé des articles postés sur le blog !

    (Pour les utilisateurs qui sont sur téléphone, vous pouvez utiliser ce lien :

    http://voyages-sur-un-mot.eklablog.fr/?noajax&mobile=0

    Cela vous permettra d'avoir la "version standard" avec le visuel normal, et ainsi d'avoir accès à la barre d'infos à droite qui vous permet de naviguer correctement sur le blog. Bonne lecture !)

     Image par Mystic Art Design de Pixabay

  •  

     Nous entrons dans la périodes des fêtes de fin d'année, pour mon plus grand plaisir, j'adore cette période, faire des cadeaux aux gens qu'on aime, passer du temps en famille, l'ambiance des fêtes et Noël.

    Mais avant ça, je vous propose mon bilan lecture de novembre :

    L'arpenteuse de rêves, d'Estelle Faye

    Bilan lecture décembre

     

    La gloire de mon père, de Marcel Pagnol

    Bilan lecture décembre

     

    Détective Conan, tome 8, de Gosho Aoyama

    Bilan lecture décembre

     

    Ce mois-ci, j'ai lu 630 pages et 1 manga, un petit mois, mais les révisions de partiels font que je n'ai pas eu beaucoup de temps pour lire. Et je ne suis pas sûre d'en avoir beaucoup en décembre non plus, entre les partiels et les fêtes en famille. Mais j'espère pouvoir lire quelques livres de noël quand même.

     

    Image by hudsoncrafted from Pixabay


    votre commentaire
  • La gloire de mon père, de Marcel Pagnol

    La gloire de mon père, de Marcel Pagnol

    Année de publication (en France) : 1957

    Nombre de pages : 280

    ISBN : 9782877065078

    Auteur : Marcel Pagnol

    Éditeur : Éditions du Fallois

    Résumé :

     Marcel Pagnol raconte, en qualité de témoin, les personnages de son enfance et la vie dans la famille d'un instituteur d'Aubagne, qui va s'animer avec la location d'une bastide dans la garrigue de l'arrière-pays marseillais où ils vont passer les grandes vacances. Cette villa dont rêve Marcel depuis toujours se nommera la Bastide neuve, il y passera les plus beaux jours de sa vie.

    On y voit comment le petit Marcel parvient à épanouir peu à peu sa personnalité, celle d’un fils aîné de Provence, passionné par la lecture et les aventures dans les collines, partagé entre son amour exclusif pour la belle couturière, éternelle jeune fille incarnée par Augustine, qui sera une mère tendre et discrète, et l’admiration pour son père, Joseph le maître d’école, anticlérical et anti-alcoolique, mais profondément humain. Il ne deviendra complètement son héros qu’en lui prouvant qu’il aime autant que lui ses chères collines, glorifié par un exploit de chasse. L’enfant se débat entre ses rêves et les découvertes parfois angoissantes de la réalité du monde où il vit : Les adultes peuvent aussi mentir...

    Sentir qu’il est aimé et entouré, parvenir à être fier de ses parents et de lui-même est le défi même de cette belle et poignante histoire.... à la fois unique et universelle.

     

    Ma note : 14 

    Mon avis :

    Ce classique de la littérature, je n'avais pas encore eu l'occasion de le découvrir. En discutant avec un de mes amis, celui-ci m'a dit qu'il l'avait lu enfant. Quand je lui ai dit que je ne l'avais jamais lu, mais que c'est un classique qu'il faudrait que je découvre un jour, il m'a prêté le sien, rempli de ses souvenirs d'enfance. Un livre précieux, donc.

     

    Pagnol nous raconte son enfance, l'histoire de ses parents, de sa naissance, de l'arrivée ds différents membres de sa famille : son oncle, son petit frère. Il nous raconte son père instituteur, son apprentissage de la lecture en écoutant la classe de son père, la peur de sa mère que son cerveau explose à être rempli trop tôt. Il nous raconte l'admiration qu'il a pour son père.

    Et puis, il nous raconte les vacances en famille dans une maison de Provence, avec ses parents son oncle et sa tante. Ces vacances d'été, ce sont les jeux avec son frère, la découverte de la nature, le bruit des cigales. Mais pour le petit Marcel, la soif de découverte est grande, et l'envie d'accompagner son père et son oncle à la chasse semble le seul moyen pour lui d'épancher cette soif... Et ça serait l'occasion d'être le témoin de leurs exploits, surtout ceux qu'il espère voir de la part de son père...

     

    C'est un récit autobiographique de l'enfance de l'auteur qui nous conte ses souvenirs. C'est rempli de douceur et de nostalgie, dans un paysage provençale que j'ai beaucoup aimé. C'est plein de l'innocence (parfois cruelle) des enfants.

     

    L'auteur nous dépeint les membres de la famille selon ses souvenirs, son père qu'il tient en très haute estime, qu'il admire, dont il ne veut pas voir les failles et ne supporte pas l'idée qu'il puisse échouer, sa mère qu'il veut protéger sans se rendre compte que c'est elle qui prend soin de lui, son oncle un homme intelligent mais avec des divergences d'opinion avec son père. Bref, une famille.

     

    Je découvre la plume de Pagnol, pleine de tendresse dans ce récit de ses jeunes années. Ce roman a le goût de l'innocence de l'enfance. On y trouve aussi le parfum de la Provence d'été, et de la nostalgie. Il est intemporel.

    J'avais peur, comme chaque fois que j'ouvre un classique, du style. Allez savoir pourquoi, dans ces conditions, j'ai toujours peur de tomber sur un truc plein de descriptions lourdes et ennuyeuses. Je ne devrais pas avoir ce préjugé, c'est nulle de ma part, je le sais bien. Et c'est d'ailleurs ce qui ne m'aide pas à découvrir des classiques de la littérature. Alors qu'au contraire, ce livre est très agréable à lire, léger et fluide.

     

    En bref, un moment de lecture simple, agréable. Très rapide à lire, une découverte pour moi, que j'aurais aimé faire plus jeune, qui vaut qu'on s'y arrête.

     

    Citation :

     "J'entendais chanter les cigales, et sur le mur couleur de miel, des larmeuses immobiles, la bouche ouverte, buvaient le soleil. C'étaient de petits lézards gris, qui avaient le brillant de la plombagine. Paul leur fit aussitôt la chasse, mais il ne rapporta que des queues frétillantes. Notre père nous expliqua que ces charmantes bestioles les abandonnent volontiers, comme ces voleurs qui laissent leurs veston entre les mains de la police. D'ailleurs, elles se font une autre queue en quelques jours en vue d'une nouvelle fuite..."

    jo-jou


    votre commentaire
  • L'arpenteuse de rêves, d'Estelle Faye

    L'arpenteuse de rêves, d'Estelle Faye #PLIB2022

    Année de publication (en France) : 2021

    Nombre de pages : 350

    ISBN : #isbn9782700276565

    Auteur : Estelle Faye

    Éditeur : Rageot

    Résumé :

    Myri est une Arpenteuse, elle a le pouvoir de s’immiscer dans les rêves des autres. Ce pouvoir est aussi une malédiction qui a causé la mort de sa jeune sœur, quelques années auparavant. Depuis, Myri se tient à l’écart des rêves grâce à la nerfolia, une plante interdite.
    Mais dans le royaume de Claren, quand on est une habitante de la ville basse, on n’échappe pas facilement à son destin. Une pollution inquiétante se répand autour des ateliers, le long du fleuve. Elle coïncide avec l’apparition d’étranges fantômes qui s’introduisent dans les rêves et les transforment en cauchemars. Alors, quand le petit Miracle est à son tour frappé par le Mal des fantômes, Myri n’a pas d’autre choix que de redevenir une Arpenteuse.

     

    Ma note : 16

    Mon avis :

    Voici ma chronique d'un des sélectionnés du PLIB2022. Un livre que j'ai beaucoup aimé et que je recommande (j'ai déjà commencé à le prêter autour de moi...).

     

    L'histoire prend place à Claren, est une ville située sur une colline. Elle a ses beaux quartiers en hauteur, et ses bas quartiers, pauvres, abritant tous les ateliers de production qui fournissent en riches teintures et autres produits de luxe la noblesse de Claren. Et ce, au détriment de la santé des habitants, car l'air est vicié par les vapeurs toxiques des ateliers, et le fleuve est une décharge d'eaux usées, vidé de ses êtres vivants. Cette dichotomie entre noblesse et gens du peuple est très bien menée dans le récit, elle a son importance tout au long du roman dans plusieurs aspects de celui-ci.

    Une autre particularité de Claren, c'est que la ville est "protégée" par une divinité, Somnus, et que toute autre religion y est interdite. Car Somnus donne leur pouvoir aux arpenteurs de rêves, des gens capables d'accéder aux rêves des autres, qui ne naissent qu'à Claren. L'académie des arpenteurs leur enseigne comment utiliser leur don et les réunit. Mais les arpenteurs nés dans les bas quartiers y sont rarement admis. On dit que c'est parce qu'ils sont rares, mais c'est aussi parce que les bandes de malfrats, nombreuses en bas, ont en tendance à récupérer les jeunes arpenteurs pour en tirer profit.

    Myriim, jeune arpenteuse issue d'une minorité, a donc vu son don utilisé de la sorte. Et ça a mal tourné. Elle a fini par s'en sortir et, depuis, fait tout pour le cacher. Avec succès.

    Mais l'état de la ville se détériore, de mystérieuses créatures apparaissent et semblent affecter les rêves des habitants. Et quand cela arrive à un de ses proches, Myriim est obligée de rompre sa promesse et d'utiliser de nouveau son don sans savoir vers quoi cela va la mener. Pour protéger sa famille, elle va agir, et lorsque l'un d'eux disparait, elle se trouve entraînée dans une suite d'évènements qu'elle ne contrôle pas. Elle va être propulsée dans un autre monde, et devoir s'adapter.

     

    L'univers est bien construit, j'ai aimé découvrir Claren, les différentes parties de la ville, sa construction, ses différentes ambiances. Cette ville est un des points forts de l'univers de ce roman, avec tout ce qui entoure les arpenteurs.

    L'histoire est également bien menée, réfléchie, les différents éléments sont distillés petit à petit au cours du roman, amenant chaque fois plus de questions que de réponses, et ce jusqu'à ce qu'on nous donne la dernière pièce du puzzle, où enfin tout s'assemble.

     

    Les personnages sont assez nombreux, j'avais peur d'être perdue au début, et au final, pas du tout, ça a été. Même avec le nombre de personnages, on arrive à identifier qui est qui sans problème. Tous ne sont pas très détaillé, mais vu leur nombre, c'est mieux.

    Le personnage principal, Myriim, est une jeune arpenteuse de rêves, comme il en existe d'autres à Claren, mais elle a une particularité : celle de pouvoir rapporter des objets des rêves dans la réalité. J'ai bien aimé ce personnage, elle a un fort instinct de protection pour sa famille. Mais à côté de ça, elle a un côté solitaire, elle a appris à se débrouiller par elle même pour tout et ne demander d'aide à personne. J'ai bien aimé suivre ce personnage, avec son parcours, mais ce n'est pas à elle que je me suis le plus attachée alors que c'est le personnage principal. J'aurais aussi aimé qu'elle évolue un peu plus entre le début et la fin, qu'elle apprenne peut-être à ne pas toujours tout faire toute seule. Mais je chipote peut-être un peu...

     Dans son parcours, elle rencontre Lélio, qui l'accompagnera. C'est un jeune homme qui doit apprendre à être lui même, malgré tout ce qui lui a été enlevé par son don, car lui aussi est un arpenteur. Son passé ne nous est pas dévoilé immédiatement. Il évolue au cours du livre, j'ai beaucoup aimé ce personnage.

    A coté de ça, Myriim a une famille qui s'est constituée au fil des rencontres dans les bas-fonds de la ville de Claren. C'est une grande famille qui réunit Myriim, Colombe, Elias, Armand, les jeunes Prune et Lili, et le petit Miracle. Ça fait un certain nombre, tous ne sont pas détaillés, mais on sent les relations entre eux, avec une véritable atmosphère familiale, ils se sont créé leur nid, on sent la chaleur qui anime leurs relations. Donc, malgré leur nombre, on a une bonne vue d'ensemble sur cette famille, qui donne quand même de la profondeur.

    Armand est un personnage très secret, il est arrivé sans que l'on ne connaisse son passé (comme chacun d'entre eux). Il semble tenir à cette famille qui l'a accueilli et le protège, mais bien qu'il soit le seul adulte, il ne semble pas être le principal preneur de décision, bien qu'il les soutienne, il laisse le soin à Myriim, Colombe et Elias de gérer la maisonnée.

    J'ai beaucoup aimé Colombe, une jeune fille à la fois douce et tenace. Elle est muette mais sait très bien se faire comprendre. Et elle a appris, comme Myriim, à se défendre seule. C'est ainsi que sont les jeunes de Claren, ils doivent vite apprendre s'ils veulent s'en sortir.

    En bref, des personnages intéressants, que j'ai bien aimé. Des petits coups de cœur pour Lélio et Colombe.

     

    Le style d'écriture est fluide, il se lit facilement, c'est agréable. Un univers dans lequel on se plonge avec plaisir.

    Il y a également certains moments du romans qui se déroulent dans les rêves (rien de surprenant vu le résumé), et j'ai trouvé ces parties là particulièrement bien écrites, avec de belles descriptions oniriques. On imagine de beaux paysage, et on se croirait réellement dans des rêves, hors du temps.

    Beaucoup de mystères dans ce roman... Jusqu'aux dernières révélations, les pièces de puzzle s'accumulent sans qu'on arrive deviner ce qui se passe. Puis le dernier élément arrive et tout s'assemble, tout devient logique. Le roman est bien construit.

    Cela permet beaucoup de rebondissement, on n'a pas le temps de s'ennuyer. Pour autant, les passages dans les rêves de Myriim permettent de prendre des pauses, de souffler. Cela donne un bon rythme au roman.

     

    La fin est un peu rapide, les deux-trois derniers chapitres auraient mérités d'être un peu plus développés. Mais en soit, c'est une bonne fin qui conclue bien le roman.

     

    Parmi les thèmes abordés, la pollution, la surconsommation, mais d'un point de vu fantasy, c'est une toile de fond au roman.

     

    Un petit plus pour l'introduction de diversité dans ce roman. Ce n'en est pas le centre, c'est juste un petit plus, mais je trouve appréciable de voir des relations homosexuelles introduites dans les romans de fantasy comme quelque chose de normal.

     

    En bref, un bon roman de fantasy, que j'ai beaucoup apprécié lire, avec toute une partie rêvée du roman très sympa et un univers bien créé autour de la ville de Claren et de son passé.

     

    En bref, ce que j'ai adoré : j'ai adoré l'univers créé autour de la ville de Claren, ce qui entoure les arpenteurs de rêves, ainsi que le côté onirique du roman.

    En bref, ce que je n'ai pas aimé : pas grand chose, en fait. Une fin un peu rapide. Et j'aurais peut-être aimé m'attacher un peu plus au personnage principal, mais j'ai quand-mêle beaucoup apprécié la suivre.

     

    Citation :

     "Un jour, il y a quelques années, Riog m'a emmenée me baigner dans une source souterraine, une source chaude, ou plutôt tiède, que les rejet des ateliers n'avaient pas encore polluée. Voilà c'est à peu près ça, pour moi, entrer dans un rêve. C'est comme entrer dans de l'eau."

    jo-jou

    L'arpenteuse de rêves, d'Estelle Faye #PLIB2022


    votre commentaire
  • Les 25 sélectionnés du #PLIB2022

     Les 25 titres sélectionnés pour le PLIB ont été dévoilés. Le replay du live est disponible sur instagram pour ce que ça intéresse.

    Parmi eux, 10 pour lesquels j'avais voté. Quelques déceptions parmi les titres pour lesquels j'avais voté qui ne sont pas passés, mais je suis quand même globalement contente de la liste, car d'autres que j'avais enlevé de ma liste à regret se retrouvent tout de même parmi les sélectionnés.

     

    Sans plus attendre, les titres des 25 qui continuent l'aventure du PLIB2022 :

    • Biotaniste, de Anne Sophie Devriese
    • Capital du Nord, tome 1 : Catadins de demain, de Claire Duvivier
    • Capital du Sud, tome 1 : Le sang de la cité, de Guillaume Chamanadjian
    • Célestopol 1922, d'Emmanuel Chastellière
    • Diamants, de Vincent Tassy
    • D'or et d'oreillers, de Flore Vesco
    • Dragons et mécanismes, d'Adrien Tomas
    • De roi je serais l'assassin, de Jean-Laurent Del Socorro
    • Eden island, tome 1 : le secret, de Hana Claistel
    • Encens, de Johanna Marines
    • Félicratie, de H. Lenoir
    • Fleurs d'Oko, tome 1, de Laëtitia Danae
    • La passeuse de mot, tome 1, d'Alric et Jennyfer Twice
    • L'arpenteuse de rêven, d'Estelle Faye
    • Le désert des couleurs, d'Aurélie Wellenstein
    • L'enragée, de Jennifer Tellier
    • Les âmes inconscientes, de Rod Marty
    • Les dossiers du voile, d'Adrien Tomas
    • Les nébuleuses, tome 1 : la couleur des nébuleuses, de Amandine Peter
    • Les oubliés de l'Amas, de Floriane Soulas
    • Nos jours brûlés, de Laura Nsafou
    • Outsphere, de Guy-Roger Duvert
    • Prospérine Virgule-Point et la phrase sans fin, de Laure Dargelos
    • Une couronne d'os et d'épines, d'Emily Norsken
    • Widjigo, de Estelle Faye

     Certains que vous avez lu ? Qui vous tentent ?

     

    Maintenant, l'objectif est d'en lire un maximum, et il y en a plusieurs qui me tentent beaucoup, avant la prochaine étape : le vote pour les 5 finalistes, vers le mois de février.

     

    Mais au juste, qu'est-ce que le PLIB ? Pour ceux qui en ont besoin, petit rappel : le PLIB, c'est le Prix Littéraire de l'Imaginaire Booksphere. C'est un prix littéraire pour des livres de SFFF (science-fiction, fantasy, fantastique) francophones. Et leur site est par ici !

    jo-jou

    Les 25 sélectionnés du #PLIB2022


    votre commentaire
  •  

    Halloween est passé, avec les bonbons et les déguisements. On arrive donc en novembre, on avance dans l'automne, avec la nuit qui arrive tôt et la météo pluvieuse. Perso, ça me donne envie de passer mes soirées sous un plaid accompagnée d'une boisson chaude et d'un bon livre...

    Mais pour le moment, voici un petit bilan de mes lectures du mois dernier :

    Jusqu'à ce que la mort nous rassemble, d'Iris Ducorps

    Bilan lecture octobre

     

     

    Briséïs, tome 1 : La citadelle intemporelle, de Tiphaine Siovel

    Bilan lecture octobre

     

    Les yeux couleur de pluie, de Sophie TalMen

    Bilan lecture octobre

     

    Détective Conan, tome 6 et 7

    Bilan lecture octobreBilan lecture octobre

     

    Voici donc un petit bilan, 3 livres pour 795 pages lues et 2 mangas. J'espère lire un peu plus le mois prochain ! Et je vous souhaite de bonnes lectures.

    jo-jou


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique