• Chère mamie au pays du confinement, de Virginie Grimaldi

    Chère mamie au pays du confinement, de Virginie Grimaldi

    Chère mamie au pays du confinement, de Virginie Grimaldi

    Année de publication (en France) : 2020

    Nombre de pages : 214

    ISBN : 9782253078685

    Autrice : Virginie Grimaldi

    ÉditeurLe livre de poche

    Résumé :

     Chère mamie,
    J’espère que tu vas bien et que papy aussi.
    Pendant 55 jours, pour se protéger du Covid-19, nous avons dû rester confinés chez nous. J’avais besoin de conjurer l’angoisse, alors chaque jour je t’ai écrit. La vie se chargeait de me fournir l’inspiration, et je ne manquais pas de grossir le trait, pour te distraire, pour me distraire. Aujourd’hui, je vais partager ces lettres avec tout le monde. C’est très émouvant de penser que l’on a tous vécu la même chose au même moment. Il faut que je te prévienne : tous les bénéfices seront reversés à la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France, qui soutient ceux qui ont porté le pays à bout de bras pendant deux mois. C’est un moyen de se sentir un peu utile, après s’être trouvé bien impuissant.
    Gros bisous à toi et à papy,
    Ginie
    Depuis 1989, la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France œuvre pour améliorer le quotidien des personnes à l’hôpital.

     

    Mon avis :

    Il s'agit là d'une chronique un peu spéciale, car je vous parle aujourd'hui d'un livre un peu particulier. Il s'agit du dernier livre sorti de Virginie Grimaldi, qui reprend tous les petits posts instagram qu'elle avait fait lors du premier confinement, chaque jour.
    Des petites brèves qui racontent son quotidien lors de cette période avec ses deux enfants et son mari. Le tout raconter sur le ton de l'humour et avec bonne humeur.

    J'avais déjà lu tous ces posts sur instagram lors du premier confinement. Je les avais fait découvrir à ma maman, et c'était devenu notre rituel à la maison, le soir, avec mes parents, mon copain et mon frère, nous lisions ces petits mots. Ça nous faisait rire, ça nous remontait le moral, c'était des petits moments rayon de soleil au milieu du reste. Bref, ça nous faisait du bien.

    Et là, en les relisant dans ce livre, alors qu'on est reconfiné, je voulais retrouver un peu des éclats de rire qui avaient été les notre à ce moment. Et je les ai effectivement retrouvé, j'ai ris comme une idiote plusieurs fois.

    Mais j'y ai aussi trouvé tellement plus. Parce que je ne vis pas ce reconfinement pareil que le premier. En effet, je ne suis pas chez mes parents, avec ma famille et mon copain, mais dans mon logement étudiant. Et si ça se passe bien, que j'adore mes colocs, que ça ne m'empêche pas d'appeler mes proches et de prendre de leur nouvelles, ne pas vivre ça avec les personnes qu'on aime autour de soi dans cette période anxiogène, c'est différent. Je garde le moral, je révise parce que la vie continue et que mes examens approchent, je vais travailler à l'hôpital et je suis bien contente de me sentir utile cette fois-ci. Mais je sais que ma maman a beaucoup moins de travail pendant cette période, je sais que pour mon frère les cours ne sont pas simples, je sais que mon copain est tout seul parce qu'il est en sage à plusieurs centaines de kilomètre. Ne pas avoir ceux que j'aime près de moi, ne pas pouvoir les voir, ce n'est pas facile.

    Et lire ce livre, ça m'a permis de me rappeler ces moments où on riait, tous ensemble, pendant le premier confinement. J'ai eu l'impression d'être auprès des personnes que j'aime. Alors pour ça, je dis merci Virginie Grimaldi.

    Certes, ce sentiment là est très personnel. Mais ce livre m'a fait énormément de bien.

     

    Et au delà de ça, c'est rempli d'humour, de bonne humeur, et ça nous rappel que même loin les uns des autres, on traverse tout ça tous ensemble. Et je trouve que c'est un beau message.

     

    De plus, ce livre est joliment conçu, avec les photos de chaque post, et il a été édité au profit de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France. Ce qui fait une bonne raison de plus pour l'acheter !

     

    Citation :

     "L'enfant n'arrêtait pas d'interrompre la leçon pour me raconter des histoires de Pokémon, je lui ai donc demandé s'il faisait pareil à l'école, ce à quoi il a répliqué que non, bien sûr, mais qu'à l'école la maîtresse ne faisait pas cours en culotte"

    jo-jou

    « Les 25 Selectionnés du #PLIB2021Bilan lecture novembre »

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :