• La petite boulangerie du bout du monde, de Jenny Colgan

    La petite boulangerie du bout du monde, de Jenny Colgan

    La petite boulangerie du bout du monde, de Jenny Colgan

    Titre original : Little beach street bakery

    Année de publication (en France) : 2015

    Nombre de pages : 494

    ISBN : 978-2-266-26365-8

    Autrice : Jenny Colgan

    Traducteurs : Francine Sirven, Eve Vila, Etienne Menanteau

    Éditeur : Pocket

    Résumé :

    Quand son mariage et son entreprise familiale font naufrage, Polly Waterford quitte Plymouth et trouve refuge dans un petit port tranquille d'une île des Cornouailles.Quoi de mieux qu'un village de quelques âmes battu par les cents pour réfléchir et repartir de zéro ?

    Seule dans une boutique laissée à l'abandon, Polly elle se consacre à son plaisir favori : préparer du pain. Petit à petit, de rencontres farfelues - un bébé macareux blessé, un apiculteur dilettante, des marins gourmands - en petits bonheurs partagés, ce qui ne devait être qu'un " break " semble annoncer le début d'un nouvelle vie...  

     

    Ma note : 17

    Mon avis :

    J'ai lu ce livre bien plus vite que je le pensais... Pendant quelques jours, il m'a accompagnée partout, y compris à l’hôpital où je le lisais quand j'avais une pause dans mon travail (au lieu d'avancer dans mes révisions...). Résultat, au lieu de durer au moins une semaine, il a fait, quoi... Trois ou quatre jours ? Donc, vous vous en doutez, j'ai bien aimé. Après deux lectures de fantasy pures, j'avais envie de changer complètement de style de lecture, et ce livre correspondait parfaitement à mon mood du moment, me plonger dans cette lecture m'a fait un bien fou !

     

    Il s'agit donc de l'histoire de Polly, qui vient de tout perdre. Son entreprise a coulé et la banque a saisi tout ce qui faisait sa vie. Sa vie de couple prend le large, son mec retourne vivre chez sa mère, et elle doit trouver un logement qui soit dans les moyens que lui accorde la banque. Elle se retrouve donc à devoir quitter sa ville, et à s'installer loin de tout, sur une île dont l'accès dépend de l'horaires des marées. Mais sur ce petit bout de terre, Polly va trouver plus que ce à quoi elle s'attendait. Et, au travers de son savoir faire concernant le pain, elle va aussi donner beaucoup plus que ce dont elle se croit capable.

    Le pitch de l'histoire est simple, une femme qui va se reconstruire, et ce dans un univers que l'on prend plaisir à découvrir, cette petite île battue par les vents et ses habitants. Simple, efficace et réaliste.

     

    Le personnage de Polly est attachant. Cette femme a besoin de temps pour elle, elle est douce, sensible. On a envie de la prendre par la main pour l'aider. Je me suis reconnue en elle, en sa façon de faire de la pâte à pain pour évacuer chaque trop plein d'émotions (même si perso, c'est plutôt une pâte à tarte que je fais dans ces cas là...). Et évacuer des choses, dieu sait qu'elle en a besoin... C'est dire ce qu'elle fait comme pain. A côté de ça, elle a de l'humour, un certain caractère et n'aime pas se laisser marcher sur les pieds. J'ai pris énormément de plaisir à suivre Polly.

    Les personnages secondaires sont aussi bien représenté.

    Chris, petit ami de Polly qui vit très mal la perte de leur entreprise. Très peu aimable avec Polly dans cette étape de leur vie. Mais ils ont partagé beaucoup de choses auparavant, et ça fait longtemps qu'ils étaient tous les deux.

    On a Madame Manse, boulangère acariâtre de son état, et accessoirement propriétaire de l'appartement de Poly, avec sa vie derrière et des choses qui lui pèsent.

    Huckle, américain qui a aussi du s'intégrer à la communauté peu de temps avant Polly, apiculteur plutôt réservé.

    Tarnie, pêcheur, c'est lui qui accueille Polly sur l'île. Il tient beaucoup à son bateau et veille bien sur son équipage.

    Kerensa, meilleure amie de Polly, qui l'aime beaucoup et veut le meilleur pour elle. Citadine pure et dure, le genre de fille qui ose attirer l'attention sans complexe et en joue.

    Jayden, pêcheur aussi, jeune homme qui n'a pas réussi à l'école et le regrette.

    Murielle, l'épicière, qui a un peu peur de madame Manse (comme tout le monde dans le village), mais qui n'en est pas moins la gentille dealeuse de farine de Polly.

    Enfin, un petit macareux que Polly a recueilli pour le soigner, adorable, il m'a fait craquer comme il a fait craquer Polly.

    En bref, une balle galerie de personnages, tous sympathiques à rencontrer.

     

    J'ai aimé l'univers, cette petite île recluse vivant au rythme de la mer qui a une place prépondérante dans la vie des habitants. On sentait presque l'odeur iodée de l'air marin par moment, tellement on s'y serait cru. J'ai aussi pris beaucoup de plaisir avec ce qui concernait la boulange et le pain. J'aime beaucoup le bon pain (team gourmande, depuis toujours...). Et voir décrite la bonne odeur, le bon goût, la conception... Ça a été un régal pour moi.

     

    Le style d'écriture est fluide, doux. L'ambiance est douce, apaisante. Chaque fois que j'ai ouvert le livre, je me sentais détendue. C'était particulièrement agréable. Et on a aussi dans l'ambiance un côté petit village, vous savez, ceux où tout le monde se connait et où les nouvelles circulent très vite ? Un monde à échelle humaine que j'ai aimé.

     

    La fin est celle qu'il fallait à ce livre. J'ai aimé la petite romance qui aide Polly à s'épanouir, qui lui permet aussi de s'affirmer, de dire ce qu'elle veut, et non plus juste oui à tout ce que veut l'homme qu'elle aime.

     

    On trouve un petit bonus à la fin du livre, c'est les recettes de certains pains que Polly réalise ! Je vais bien entendu me faire plaisir à les essayer, une ou deux me font particulièrement de l'oeil...

     

    En bref, une lecture feel-good, qui m'a fait me sentir bien au milieu de bon pain et de l'air marin.

     

    En bref, ce que j'ai adoré : L'ambiance et l'effet apaisant qu'a eu ce livre sur moi, avec son histoire simple et son personnage principal si attachant.

    En bref, ce que je n'ai pas aimé : Et bien je ne vois pas...

     

    Citation :

    "Une boulangerie, la plus incroyable de toutes celles dans lesquelles je suis entré. Le matin, on commence par sentir l'odeur du pain qui cuit, et quand la boulangère ouvre la boutique, on peut acheter du pain chaud qui sort du four, en grignoter de petits morceaux et aller s'asseoir sur la jetée. Au bout d'une demi-heure, la plupart des habitants viennent bavarder et acheter du pain. Voilà comment Polbearne se réveille..."

     

    jo-jou

    « La quête du temps, tome 1 : Errances, de Lise BarrowBilan lecture avril »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :