• Rocaille, de Pauline Sidre #PLIB2021

    Rocaille, de Pauline Sidre

    Rocaille, de Pauline Sidre #PLIB2021

    Année de publication (en France) : 2019

    Nombre de pages : 480

    ISBN : #ISBN9782490700035

    Autrice : Pauline Sidre (site non trouvé)

    Éditeur : Projets Sillex

    Résumé :

    Gésill est mort, et il le serait resté si les Funestrelles, des bandits de la pire espèce, ne l'avaient pas ramené à la vie pour l'inciter à reprendre le trône. En quête de son assassin et d'un sens à sa non-vie, il devra partir à la recherche du dernier représentant des Magistres, des êtres mythiques autrefois persécutés et exterminés par son aïeul. C'est le début d'un périple qui changera à jamais la Rocaille.

     

    Ma note : 14

    Mon avis :

    C'est une lecture pour le plib, dont c'est un des finalistes. Je l'ai lu en lecture commune avec océan livresque dont je vous invite à aller lire la chronique

     

    L'histoire est celle de Gésill, roi mort assassiné, qu'un groupe de brigand, les Funestrelles, ressuscite pour le remettre sur son trône. Le tout dans un univers particulièrement inhospitalier.

    L'histoire est originale, avec une quête (la reconquête du trône) que le personnage principal ne souhaite pas vraiment faire.

    Ce roi mort, Gésill, est froid, sans vie. C'est un personnage qui ne ressent pas grand chose, qui se laisse porter par les évènements, du moins au début. Il a aussi toutes les caractéristique du cadavre qu'il aurait du rester, notamment l'odeur, l'incapacité à digérer des aliments, l'insensibilité au froid ou à la douleur, et la décomposition qui avance. Le sort peu enviable de ce personnage sans réelles émotions a tout de même suscité mon empathie, et pour ça je dis chapeau à l'autrice.

    Iliane est une des Funestrelles à laquelle il vaut mieux éviter de chercher des ennuis. Peu avenante avec son rire moqueur désagréable, c'est une femme intelligente qui réfléchit à son propre intérêt.

    Fauchon, le frère d'Iliane, est simple d'esprit, mais très fidèle à sa sœur à qui il obéit pleinement. Il est aussi courageux et gentil.

    Les deux autres frères Funestrelles sont intelligents avec un grain de folie qui les rend fourbes et dangereux.

    Luèlde, magistre de son état (ce qui est un équivalent de magicien ou sorcier), est un jeune homme qui manque de confiance en lui et en son pouvoir. Sensible et intelligent, il a vécu beaucoup de choses, son pouvoir attirant les convoitises. J'ai bien aimé ce personnage.

    En bref, des personnages sympa, bien écrit. Pas géniaux, ils ne me resteront pas longtemps en mémoire, mais j'ai apprécié les suivre.

     

    L'univers est vraiment original et bien construit. C'est pour moi le point fort de ce roman.

    On a une terre morte et désolée où poussent seulement quelques racines pour nourrir maigrement la population qui y vit et une météo des plus déplorable, enchainant les jours de grêle, orage, gelée, pluie, vent, brume, neige, et les nuits extrêmement froides. Tout cela est bien décrit. Ce pays très inhospitalier a attisé ma curiosité dès le début, mais je reste cependant un peu sur ma fin sur plusieurs éléments. Premièrement, on nous dit que la population manque de tout, mais on ne voit que très peu ledit peuple et ce manque, ce n'est donc pas aussi tangible que ça pourrait l'être, on manque de détails sur ce point. Enfin, on nous dit aussi que dans des temps très anciens, ces terres étaient plus vertes et moins hostiles, et j'aurais aimé que l'on comprenne pourquoi on en est arrivé là.

    Un autre élément de contexte très intéressant, c'est l'histoire des magistres, j'ai beaucoup aimé tout ce qui a tourné autour d'eux.

    Et enfin, le pouvoir de la famille royale possédant ce qu'on appelle le sang vert, dont les membres peuvent faire pousser n'importe quelle plante, mais en contrepartie ne peuvent pas sortir du palais. Aussi ignorent ils ce qu'est réellement leur monde au dehors, puisque leurs ministres leur font bien croire ce qu'ils veulent. C'est un élément intéressant du roman, tant du point de vue de l'univers en lui même que de l'histoire et de son développement.

    Car en effet, les développements politiques de l'intrigue (savoir qui a tué le roi, pourquoi, quelle machination politique se trouve derrière) sont bien menés et intéressant à découvrir. Ainsi que l'évolution de Gésill et de sa position par rapport à la reprise de son trône.

     

    Les chapitres courts et le style d'écriture intrigant font qu'on lit ce roman facilement.

     

    Cependant, la fin m'a moins emballée. Il m'y a manqué un petit quelque chose. Disons que plus on s'en approche, plus ce qui s'y passe semble logique et presque évident. J'aurais aimé être un peu plus surprise.

     

    Et un petit mot sur la couverture, sur je trouve magnifique.

     

    En bref, un excellent début, un développement intéressant, un très bon univers mais qui aurait mérité d'être plus exploité sur certains points,  et une fin qui ne m'a pas vraiment conquise. Après, j'avais beaucoup d’attentes concernant ce roman, je pense probablement trop, et que mon avis en a un peu pâti.

     

    En bref, ce que j'ai adoré : L'histoire originale, et surtout l'univers, vraiment original, intriguant et bien construit. J'ai aussi bien aimé les éléments tournant autour des magistres et de la famille royale au sang vert.

    En bref, ce que je n'ai pas aimé : Certains points auraient pu être plus exploité, je reste donc sur ma faim concernant certains éléments, et la fin manque de quelque chose pour moi.

     

    Citation :

     "Brume jour de poix
    Ventée jour de souffle
    Ore jour d’orage
    Grésil jour de grêle
    Nive jour de neige
    Gelée jour de glace
    Fonte jour de pluie
    Et silence de nuit"

    jo-jou

    Rocaille, de Pauline Sidre #PLIB2021

    « Faire chavirer les icebergs, de Aurore GomezBilan lecture Juin »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :