• Steam Sailors, tome 1 : L'héliotrope, de E.S Green

    Année de publication (en France) : 2021

    Nombre de pages : 377

    ISBN : #ISBN9782354887759

    Autrice : E.S. Green

    Éditeur : Gulf stream éditeur

    Résumé :

     Il fut un temps où les Alchimistes nourrissaient le Haut et Bas-Monde de leurs inventions merveilleuses, produits de magie et de science. Un temps de machines extraordinaires, de prodiges électriques et d'individus aux pouvoirs fantastiques. Une époque révolue depuis que les Industriels ont éradiqué les Alchimistes et leur formidable savoir. Pourtant, on raconte qu'à l'aube de leur disparition, ils auraient caché leur fabuleux trésor dans une cité secrète...

    Quatre siècles après la Grande-Fracture, les habitants du Bas-Monde traversent une ère obscure et rétrograde, tandis que le Haut-Monde, figé depuis l'extinction des Alchimistes, demeure inaccessible et fait l'objet de tous les fantasmes. Originaire du Bas-Monde, Prudence vit en paria car elle voit l'avenir en rêves. Une nuit, son village est attaqué par des pirates du ciel. Enlevée et enrôlée de force à bord de l'Héliotrope, un navire volant à la sinistre réputation, la jeune orpheline découvre un nouvel univers, celui du ciel et des pirates. Prudence fait la connaissance des membres de l'équipage, qui ne tardent pas à lui révéler leur secret : ils détiennent un indice, menant à une série de "clefs" disséminées dans le monde, qui permettait de retrouver la cité des Alchimistes...

     

    Ma note : 17

    Mon avis :

    Ce livre est un des finalistes du PLIB2021. Et il y mérite grandement sa place. J'ai adoré ma lecture. Et pourtant, j'ai eu du mal à écrire cette chronique, il m'a fallu quelques temps. Allez savoir pourquoi, il y a des fois des livres qu'on adore mais dont on a du mal à parler.


    C'est l'histoire d'un monde qui se voit décliner depuis la Grande Fracture (un genre de coup d'état) qui a fait disparaitre les alchimistes et avec eux tout ce qu'ils apportaient en inventions. Nous n'avons pas énormément de détails sur la grande fracture, comment elle est arrivée et pourquoi. C'est un aspect qui je pense aurait pu être intéressant à creuser, et j'espère qu'on en parlera dans la suite.

    Mais c'est surtout l'histoire de Prudence, jeune fille au don étrange, guériseuse, orpheline du monde d'en bas, qui se voit s'envoler vers le mystérieux monde d'en haut, celui qui flotte et ne se montre que très peu. Elle s'y envole contre son gré et se retrouve sur un bateau de pirates des airs. Elle apprendra ce qu'est être pirate, ce qu'est la vie sur un bateau. Et elle découvrira que les pirates mènent un grande quête : découvrir la cités des alchimistes et les secrets qui y sont cachés à leur disparition. Elle se joindra à eux, utilisant ainsi son don et le découvrant bien plus étendu qu'elle ne le pensait. Sans que l'on ne sache d'où il vient...

    Une histoire de quête et de pirates qui m'a emportée à bord du navire, l'Héliotrope. J'ai beaucoup apprécié ce roman, bien construit, et rempli de mystère, avec une ambiance que j'ai beaucoup aimé, à la fois douce et avec de la camaraderie.

     

    Prudence est une jeune fille curieuse. C'est une irrégulière, c'est à dire qu'elle a un don, ce qui n'est pas très bien vu dans son monde. Au fur et à mesure, elle apprend ce qu'est d'être pirate, et donc à connaître ces hommes et leurs mœurs qu'elle aurait rejeté auparavant. De part sa nature très curieuse, elle aime apprendre et se rendre utile. Elle est courageuse, a un bon esprit de déduction. Elle est douée d'une sensibilité particulière à qui l'entoure. Elle a un don de prémonition, mais il semble qu'il y aie plus que ça à découvrir. On suit son évolution, elle grandit au cours du roman, devient plus mature et sûre d'elle.

    Gareth, le pirate aux deux membres mécaniques, est doté d'une grande gentillesse.

    Ezekiel est taquin, joueur, mais aussi perspicace.

    Sergueï, le cuisinier du bord, bienveillant avec l'équipage en général, et donc aussi avec Prudence, c'est la première personne amicale sur le navire avec elle.

    Petrus peut être un peu rustre et froid au premier abord. Lui et la jeune fille s'apprivoisent petit à petit.

    Le capitaine est un homme mystérieux, dont les choix sont parfois risqués, mais le plus souvent payant. Il accueille Prudence sans réelle conviction au départ, mais fini par changer son regard sur elle.

    Les différents antagonistes comprennent notamment les autorités qui voudraient anéantir la piraterie et sont représentées par Magnus Stettwald, un capitaine qui a juré d'abattre l'Héliotrope. Cet homme semble intelligent, perspicace et ambitieux, mais aussi habité par une histoire familiale compliquée qui le pousse à détester les pirates sans vraiment savoir pourquoi.

    Des personnages agréables à suivre. J'ai beaucoup aimé Gareth, et Ezekiel m'a fait sourire et rire (j'ai tendance à avoir un petit faible pour les personnages joueurs/moqueurs/taquins).

     

    L'univers avec cette scission entre un monde d'en bas et un monde d'en haut est intéressant. J'ai beaucoup aimé découvrir le monde de la piraterie dans ce livre. On sent que l'autrice a travaillé ce point, pour qu'on se sente vraiment sur le bateau avec l'équipage.

     

    Le style de l'autrice est assez descriptif, c'est une remarque que je me suis fait des les premiers chapitres de lecture. Et du coup, je me suis demandée si ça allait le faire pour moi, je n'aime pas quand il y a trop de descriptions en général. Mais si, ça l'a parfaitement fait. Les  descriptions sont belles, on s'imagine bien les lieux et les personnages, mais elles ne sont pas omniprésentes, elles laissent toute la place à l'histoire en elle même, venant juste le compléter, n'empêchent pas de vivre l'aventure pleinement et n'apportant pas de longueur, ce dont j'ai eu peur au début. Au contraire, l'histoire avance, la quête se poursuit avec sa dose d'aventure.

    L'ambiance du livre m'a rappelée celle de deux films que j'aime beaucoup : Le château dans le ciel (auquel j'ai tout de suite pensé en voyant la couverture) et La planète au trésor. Un mélange qui m'a beaucoup plu.

     

    La fin... La première chose que je me suis dit en refermant le livre, c'est "Pourquoi je n'ai pas la suite ?!". Elle donne très envie de savoir... J'ai beaucoup aimé la façon dont ça s'est terminé.

     

    Le travail d'édition est superbe, je trouve le livre très beau... Je suis absolument fan de la couverture qui m'a rappelée Le château dans le ciel.

     

    En bref, c'est un très bon roman de fantasy, avec un univers très chouette à découvrir entre piraterie, navire volant et la quête d'une cité perdue dans laquelle j'ai apprécié suivre les personnages. Il va me falloir rapidement la suite par contre, car la fin m'a clairement laissé sur ma faim... Et j'attends des développements quant à l'histoire de ce monde (la grande fracture) dans le tome suivant.

     

    En bref, ce que j'ai adoré : une bonne histoire bien construite où l'on part à l'aventure, des personnages agréables à suivre, et tout le côté piraterie avec son ambiance, ainsi qu'un bel objet livre.

    En bref, ce que je n'ai pas aimé : le contexte de l'univers (la grande fracture) pourrait être plus développé.

     

    Citation :

     "Plus elle faisait leur connaissance, plus les pirates de l'Héliotrope la surprenaient. La plupart du temps ils se montraient grossiers, orduriers et indélicats, mais ils étaient aussi des êtres complexes, des savants et des artistes émérites. Elle appelait ça "le paradoxe du pirate"."

    jo-jou

    Steam Sailors, tome 1 : L'héliotrope, de E.S Green #PLIB2021


    votre commentaire
  • Bilan lecture Juin

    Voici mon bilan lecture de Juin :

    L'âme bleue 2 de Océane Ghanem

    Bilan lecture Juin

     

    Faire chavirer les icebergs, d'Aurore Gomez

    Bilan lecture Juin

     

    Rocaille, de Pauline Sidre

    Bilan lecture Juin

     

    Et les trois premiers tomes du manga Détective Conan, de Gosho Aoyama

    Bilan lecture JuinBilan lecture JuinBilan lecture Juin

     

    Ce qui fait un total de 3 livres pour 1248 pages auxquels s'ajoutent 3 mangas, pour des lectures que j'ai toutes appréciée.

    J'espère que vous avez vous aussi eu de bonnes lectures ce mois-ci !

     

    Image par Janus Studio de Pixabay


    votre commentaire
  • Rocaille, de Pauline Sidre

    Rocaille, de Pauline Sidre #PLIB2021

    Année de publication (en France) : 2019

    Nombre de pages : 480

    ISBN : #ISBN9782490700035

    Autrice : Pauline Sidre (site non trouvé)

    Éditeur : Projets Sillex

    Résumé :

    Gésill est mort, et il le serait resté si les Funestrelles, des bandits de la pire espèce, ne l'avaient pas ramené à la vie pour l'inciter à reprendre le trône. En quête de son assassin et d'un sens à sa non-vie, il devra partir à la recherche du dernier représentant des Magistres, des êtres mythiques autrefois persécutés et exterminés par son aïeul. C'est le début d'un périple qui changera à jamais la Rocaille.

     

    Ma note : 14

    Mon avis :

    C'est une lecture pour le plib, dont c'est un des finalistes. Je l'ai lu en lecture commune avec océan livresque dont je vous invite à aller lire la chronique

     

    L'histoire est celle de Gésill, roi mort assassiné, qu'un groupe de brigand, les Funestrelles, ressuscite pour le remettre sur son trône. Le tout dans un univers particulièrement inhospitalier.

    L'histoire est originale, avec une quête (la reconquête du trône) que le personnage principal ne souhaite pas vraiment faire.

    Ce roi mort, Gésill, est froid, sans vie. C'est un personnage qui ne ressent pas grand chose, qui se laisse porter par les évènements, du moins au début. Il a aussi toutes les caractéristique du cadavre qu'il aurait du rester, notamment l'odeur, l'incapacité à digérer des aliments, l'insensibilité au froid ou à la douleur, et la décomposition qui avance. Le sort peu enviable de ce personnage sans réelles émotions a tout de même suscité mon empathie, et pour ça je dis chapeau à l'autrice.

    Iliane est une des Funestrelles à laquelle il vaut mieux éviter de chercher des ennuis. Peu avenante avec son rire moqueur désagréable, c'est une femme intelligente qui réfléchit à son propre intérêt.

    Fauchon, le frère d'Iliane, est simple d'esprit, mais très fidèle à sa sœur à qui il obéit pleinement. Il est aussi courageux et gentil.

    Les deux autres frères Funestrelles sont intelligents avec un grain de folie qui les rend fourbes et dangereux.

    Luèlde, magistre de son état (ce qui est un équivalent de magicien ou sorcier), est un jeune homme qui manque de confiance en lui et en son pouvoir. Sensible et intelligent, il a vécu beaucoup de choses, son pouvoir attirant les convoitises. J'ai bien aimé ce personnage.

    En bref, des personnages sympa, bien écrit. Pas géniaux, ils ne me resteront pas longtemps en mémoire, mais j'ai apprécié les suivre.

     

    L'univers est vraiment original et bien construit. C'est pour moi le point fort de ce roman.

    On a une terre morte et désolée où poussent seulement quelques racines pour nourrir maigrement la population qui y vit et une météo des plus déplorable, enchainant les jours de grêle, orage, gelée, pluie, vent, brume, neige, et les nuits extrêmement froides. Tout cela est bien décrit. Ce pays très inhospitalier a attisé ma curiosité dès le début, mais je reste cependant un peu sur ma fin sur plusieurs éléments. Premièrement, on nous dit que la population manque de tout, mais on ne voit que très peu ledit peuple et ce manque, ce n'est donc pas aussi tangible que ça pourrait l'être, on manque de détails sur ce point. Enfin, on nous dit aussi que dans des temps très anciens, ces terres étaient plus vertes et moins hostiles, et j'aurais aimé que l'on comprenne pourquoi on en est arrivé là.

    Un autre élément de contexte très intéressant, c'est l'histoire des magistres, j'ai beaucoup aimé tout ce qui a tourné autour d'eux.

    Et enfin, le pouvoir de la famille royale possédant ce qu'on appelle le sang vert, dont les membres peuvent faire pousser n'importe quelle plante, mais en contrepartie ne peuvent pas sortir du palais. Aussi ignorent ils ce qu'est réellement leur monde au dehors, puisque leurs ministres leur font bien croire ce qu'ils veulent. C'est un élément intéressant du roman, tant du point de vue de l'univers en lui même que de l'histoire et de son développement.

    Car en effet, les développements politiques de l'intrigue (savoir qui a tué le roi, pourquoi, quelle machination politique se trouve derrière) sont bien menés et intéressant à découvrir. Ainsi que l'évolution de Gésill et de sa position par rapport à la reprise de son trône.

     

    Les chapitres courts et le style d'écriture intrigant font qu'on lit ce roman facilement.

     

    Cependant, la fin m'a moins emballée. Il m'y a manqué un petit quelque chose. Disons que plus on s'en approche, plus ce qui s'y passe semble logique et presque évident. J'aurais aimé être un peu plus surprise.

     

    Et un petit mot sur la couverture, sur je trouve magnifique.

     

    En bref, un excellent début, un développement intéressant, un très bon univers mais qui aurait mérité d'être plus exploité sur certains points,  et une fin qui ne m'a pas vraiment conquise. Après, j'avais beaucoup d’attentes concernant ce roman, je pense probablement trop, et que mon avis en a un peu pâti.

     

    En bref, ce que j'ai adoré : L'histoire originale, et surtout l'univers, vraiment original, intriguant et bien construit. J'ai aussi bien aimé les éléments tournant autour des magistres et de la famille royale au sang vert.

    En bref, ce que je n'ai pas aimé : Certains points auraient pu être plus exploité, je reste donc sur ma faim concernant certains éléments, et la fin manque de quelque chose pour moi.

     

    Citation :

     "Brume jour de poix
    Ventée jour de souffle
    Ore jour d’orage
    Grésil jour de grêle
    Nive jour de neige
    Gelée jour de glace
    Fonte jour de pluie
    Et silence de nuit"

    jo-jou

    Rocaille, de Pauline Sidre #PLIB2021


    votre commentaire
  • Faire chavirer les icebergs, de Aurore Gomez

    Faire chavirer les icebergs, de Aurore Gomez

    Année de publication (en France) : 2021

    Nombre de pages : 320

    ISBN : 978-2-210-97272-8

    Autrice : Aurore Gomez

    Éditeur : Magnard

    Résumé :

    Aurèle est ravi. En décrochant un stage de cinq semaines loin de chez lui, il va pouvoir prendre le large et s’éloigner de sa mère vraiment collante. Là-bas, c’est un tourbillon qui l’attend. Il travaille sur un incroyable chantier au bord des fjords, découvre un tout autre monde que le sien. Et surtout, très vite, il fait la connaissance de Matthias, dont le regard bleu pur et le charisme de dingue l’électrisent instantanément. Aurèle a beau savoir qu’il est en couple avec une fille, impossible de ne pas penser à lui ou de passer à autre chose.

    Et si c’était le moment d’assumer qui il est ? D’oser se dévoiler ? De faire chavirer l’iceberg, en quelque sorte ?

     

    Ma note : 18

    Mon avis :

    J'ai reçu ce livre de la cadre d'une opération masse critique, et je remercie beaucoup babelio, la maison d'édition ainsi que l'autrice pour cette envoi.

     

    Concernant l'histoire, c'est Aurèle, jeune garçon de 17 ans qui part faire un stage de 5 semaines loin de chez lui. Et ce stage, c'est l'occasion de plusieurs rencontres, et notamment celle de Matthias, qui ne le laisse carrément pas indifférent. Mais voilà, Matthias est en couple avec une fille. Aucune chance qu'il s'intéresse à Aurèle. Et pourtant, il n'arrive pas à passer à autre chose.

    L'histoire est belle, je l'ai dévorée en une après-midi. 

    J'ai vraiment adoré suivre Aurèle, ce qui lui arrive, comment il prend les choses et évolue. Aurèle est un jeune garçon assez commun, 17 ans, étudiant en filière professionnelle menuiserie charpenterie. Il aime ce qu'il fait, est doué et motivé, s'investit, et ça fait plaisir à voir. Je me suis très vite identifiée à lui. Il est tranquille, il vit sa vie en essayant de pas se soucier du regard des autres. Il a une personnalité qui m'a beaucoup plu. Le genre à préférer se fondre dans la masse et ne pas attirer l'attention, mais aussi quelqu'un à qui on peut faire confiance, gentil et taquin avec ses amis. Vraiment, c'est un garçon que j'adorerais avoir dans mon cercle d'amis. Il évolue au cours du livre, prend confiance, comprend aussi pourquoi il n'a pas encore fait son coming-out. En bref, vous l'aurez compris, ce personnage attendrissant a su entrer dans mon coeur.

    A côté de ça, il y a Matthias. Jeune homme brillant en sciences et mathématiques, plus scolaire qu'Aurèle. Avec ses petites manies bizarre parfois, un poil psychorigide, mais dans le genre mignon. Et un garçon qui ne se laisse pas marcher sur les pieds ou embêter.

    On a aussi Louisa, jeune fille de 15 ans originale, je dirais même un brin loufoque, mais adorable. Elle m'a fait rire. Elle va au bout de ses idées, pousse ses proches, parfois un peu contre leur gré.

    Will, le demi-frère d'Aurèle, est un garçon sans gène, qui dit haut et fort tout ce qu'il pense sans filtre. Il protège ceux qu'il aime, et est un ami sincère et fidèle.

    Et il y en a d'autres. Tous apportent quelque chose au roman. Je les ai tous apprécié sans exception. L'autrice sait nous présenter ses personnages avec simplicité.

     

    Le cadre de ce roman, dans les fjords, est très agréable. On se sent là-bas, dans ces paysages. Et c'est très bien exploité, donnant une ambiance particulière. Je me suis sentie dans ce roman comme dans un cocon tout doux.

    Le style est facile à lire, très agréable, fluide. Une plume simple et douce que j'ai beaucoup aimé découvrir. Ça faisait longtemps que je n'avais pas lu un roman en une après-midi, mais il a été tellement agréable de se plonger dans celui-ci...

     

    Le livre aborde des thèmes tel que l'homosexualité, l'homophobie (et les discriminations), le coming-out. Mais le thème que je retiendrais, c'est aussi la découverte de soi à l'adolescence.

     

    La fin est un poil rapide, j'en aurais aimé un peu plus, savoir ce que deviennent les personnages après. Mais c'est à nous de laisser libre cours à notre imagination, et ce n'est peut-être pas si mal.

     

    Un petit mot sur la couverture. Je l'ai trouvée jolie au premier abord, et encore plus quand je l'ai observée avec peu plus d'attention aux détails.

     

    Et un petit bonus : les musiques que l'autrice nous propose à chaque début de partie. Je ne suis pas du genre à écouter de la musique en lisant, je préfère le silence. Mais je l'ai ai écoutées entre chaque partie (et je les écoute en ce moment-même en écrivant cette chronique). Et elles mettent dans l'ambiance du roman, elle colle parfaitement à l'histoire, c'est un véritable plus à ce livre. Qui plus est, je ne les connaissais pas toutes, donc en plus ce sont de très belles découvertes pour moi.

     

    En bref, ce que j'ai adoré : Le personnage d'Aurèle dont je me suis sentie très proche, l’ambiance du livre comme un véritable cocon pour moi, et la plume toute douce de l'autrice.

    En bref, ce que je n'ai pas aimé : J'en aurais voulu un petit peu plus sur la fin ?

     

    Citation :

     "- Tu as quel âge, au juste ?
    - Bientôt quinze ans. Mais je suis une vieille âme."

    jo-jou


    votre commentaire
  • Détective Conan, de Gosho Aoyama

    Détective Conan, de Gosho Aoyama

    Titre original : Meitantei Conan

    Année de publication (en France) : 1997 pour le tome 1

    Nombre de tomes : 98 (en mai 2021)

    ISBN : 978-2-8712-9128-2

    Auteur : Gosho Aoyama

    Traducteur : Misato Raillard

    Éditeur : Kana

    Résumé :

    Suite à un empoisonnement, Shinichi, jeune homme au brillant esprit de déduction, se retrouve dans le corps d'un petit garçon. Parallèlement aux enquêtes qu'il résout, celui qu'on appelle désormais Conan va traquer les coupables et tenter de mettre la main sur l'antidote.

     

    Ma note : 16

    Mon avis global sur le manga :

     Un contexte de base vraiment sympa (cf le résumé ci -dessus ou mon avis sur le tome 1 juste en dessous), j'aime beaucoup l'histoire, avec le fil conducteur de Conan qui veut retrouver sa véritable apparence et redevenir Shinichi et doit pour ça trouver les hommes en noirs.

    J'aime beaucoup les personnages.

    Shinichi/Conan avec son brillant esprit de déduction et son côté joueur, qui adore les défis. Quelqu'un sur qui on peut compter.

    Ran, gentille, protectrice, patiente, mais avec un sacré caractère (ne surtout pas faire du mal à quelqu'un qu'elle aime ou énerver cette championne de karaté).

    Le détective Kogoro Mouri, le père de Ran. Un mauvais détective, qui a tendance à sauter sur des conclusions hâtives. Malgré ses défauts, il a un bon fond et accueille Conan dans sa maison.

    Le professeur Agasa, voisin de Shinichi, le seul au courant de la véritable identité de Conan. un scientifique sympathique, qui se prend pour un génie mais invente surtout des gadgets. Toutefois, lesdits gadget s'avère utile au jeune Conan qui, coincé dans un corps d'enfant, s'en sert pour résoudre des enquêtes. Agasa couvre Shinichi, et quand Conan aura mis la main sur le poison, il essaiera d'en faire un antidote.

    Les camarades de Conan sont des chouettes gamins plein de vie. Ayumi, petite fille très curieuse avec une attirance toute particulière pour le mystère, le surnaturel et les trésors, et qui semble avoir un faible pour Conan. Genta, courageux mais pas téméraire, qui fait passer ses idées plus par la force que par la discussion, et qui aime beaucoup Ayumi et n'aime pas que qui que ce soit la contrarie. Mitsuiko, garçon terre à terre qui refuse de croire au surnaturel et pense qu'il existe une explication rationnelle à tout.

     

    Les enquêtes sont travaillées. Je prend à chaque fois plaisir à essayer de deviner qui est le coupable. Leur résolution est poussée, très réfléchie, les indices sont semés au fur et à mesure, mais le lien entre  eux n'est fait qu'à la fin.

    Les dessins sont vraiment beaux, j'adore le style assez détaillé de ce manga.

     

    Tome 1 : Un tome qui pose les bases. On a le contexte : Shinichi, jeune lycéen et brillant détective, grand fan de Conan Doyle et de son héros Sherlock Holmes. Au décours de la résolution d'une enquête, il suit quelqu'un qui lui parait suspect et devient témoin gênant d'un truc louche. Il se fait alors empoisonné et est laissé pour mort. Mais le poison le fait rétrécir et redevenir un petit garçon de 6 ans. Il se fait alors appelé Conan, et avec la complicité du professeur Agasa, il se fait héberger chez Ran, une grande amie de Shinichi qui ignore qui est réellement Conan et le prend pour le neveu du professeur Agasa. Le père de Ran, Kogoro est détective (un peu nul), et Conan et Agasa se disent qu'habiter chez lui est un moyen pour Conan d'obtenir des informations sur les hommes mystérieux qui l'ont empoisonné.

    Dans ce tome, il s'agit de poser le contexte et les personnages. On apprend ainsi à connaître et apprécier Shinichi/Conan, avec son brillant esprit de déduction et son côté joueur, il aime le défi des enquêtes. Conan se rend aussi compte qu'en tant que petit garçon, personne ne l'écoute, et ça lui fait tout drôle. Ran a un sacré caractère, elle est douée en karaté. Mais elle est aussi protectrice envers Conan, ce petit garçon qui l'a tout de suite attendrie, ainsi que sensible, cachant bien ses émotions. On sent aussi que l'évolution des relations Ran/Shinichi et Ran/Conan vont être intéressante à suivre. 

    Enfin, on sait que ceux qui sont appelés les hommes en noirs, les empoisonneurs de Shinichi/Conan, vont constituer l'ennemi à retrouver, et que c'est ce qui va motiver Conan.

    On a aussi bien sûr plusieurs enquêtes, mais du fait qu'il faille poser le conteste, elles ne sont pas très détaillées dans ce livre. Elles le seront certainement plus ensuite.

     

    Tome 2 : Nous avons 3 enquêtes dans ce tome. Dans chacune d'elles, Conan fait preuve d'un brillant esprit de déduction, et j'adore vraiment la réflexion que l'on trouve dans les résolutions, avec un soin du détail.

    On rencontre également des nouveaux camarades de classes de Conan, qui n'est pas ravi de se retrouver avec des gamins de 6 ans, mais se laisse tout de même embarquer dans leurs aventures.

    Enfin, dans l'une des enquêtes, nous glanons quelques informations sur les hommes en noirs. Mais le mystère reste très épais...

     

    Tome 3 :  nous avons deux enquêtes dans ce livre. La première concerne une affaire de famille complexe, avec le meurtre d'un grand-père dont tout le monde se dispute l'héritage, et pour lequel tout le monde a un mobile et pas d'alibi, agrémenté d'une chambre close, dont j'ai aimé la résolution. La seconde concerne un mystérieux expéditeur qui envoie de l'argent et des jouets à un chirurgien.

    Et au milieu de tout ça, Conan prend de l'assurance et fait moins attention en aidant Kogoro à la résolution de ses enquêtes, et Ran commence à avoir des soupçons sur sa véritable identité, qu'il se doit d'enrayer au plus vite.

     

    Tome 4 : Une première enquête avec un meurtre dans un musé, assez courte mais sympathique. La deuxième enquête à bord d'un train, Conan recroise les hommes en noir et essaie d'avoir plus d'information sur eux tout en déjouant leur plan. Et une troisième, un peu plus longue, avec le club des détective junior, sous forme de chasse au trésor.

    Conan manque encore une fois de se démasquer auprès de Ran dans ce tome... Se pose aussi la question des parents de Conan qui ne donnent pas de nouvelles et laissent le petit tout seul. Le manga continue sur sa lancée, avec des enquêtes aux résolution intelligentes et un Conan que j'aime toujours autant.

     

    Tome 5 : On a ici trois enquête. La première est un huis clos chez la meilleure amie de Ran, Sonoko, dont nous faisons la connaissance. Une fille sympathique bien qu'assez superficielle. L'enquête concerne un homme mystérieux recouvert de bandage qui a l'air d'en vouloir au groupe. Ensuite, une enquête autour d'une star de la chanson qui meurt empoisonnée. Meurtre ou suicide ? Et enfin, une dernière enquête... Ran et son père s'étonnent que les parents de Conan ne se soit toujours pas manifestés, aussi quand une femme se présente comme étant sa mère, ils sont ravis pour Conan, qui tellement surpris, n'a pas le temps de dire que c'est faux et se fait embarquer par cette femme. On suppose que tout cela a un lien avec l'organisation des hommes en noirs. Conan réussit à s'enfuir, mais décide de filer ses kidnappeurs pour essayer de récupérer le poison. L'enquête s'arrête là, en plein milieu, nous laissant sur un joli cliffhanger.

     

    Citation :

     "Ran : Pourquoi veux-tu être détective ? Puisque tu aimes tant les romans policiers, tu pourrais en écrire.
    Shinichi : Ecrire ne m'intéresse pas. Moi je veux devenir un VRAI détective. Le Sherlock Holmes... des années 90 "

    jo-jou


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique