• Bilan lecture du mois de Juin, lecture voyages sur un mot roman avis littéraire chronique livre

    Nous voici en Juillet, l'été est bien là et les températures le prouvent.

    Ce mois-ci j'ai déménagé mon logement étudiant, changé d'appartement et de colocs pour l'année prochaine. Il faudra que j'achète les livres qui me seront nécessaires pour l'externat, mais à part ça, je suis prête pour Septembre. En attendant, je vais partir pour l'été en montagne où je vais travailler dans une boulangerie. On fait pire comme décors pour un job d'été... Je prends le train demain. Et vous, quoi de prévu pour cet été ?

    Et voici mes lectures du mois de Juin :

    Blood song, tome 1 : la voix du sang

    Bilan lecture du mois de Juin, lecture voyages sur un mot roman avis littéraire chronique livre

    Au petit Bonheur la chance, d'Aurélie Valognes

    Bilan lecture du mois de Juin, lecture voyages sur un mot roman avis littéraire chronique livre

    En quête d'Emma, de K.P Laurentie

    Bilan lecture du mois de Juin, lecture voyages sur un mot roman avis littéraire chronique livre

    Surf, de Frédéric Boudet

    Bilan lecture du mois de Juin, lecture voyages sur un mot roman avis littéraire chronique livre

    Tu comprendras quand tu seras plus grande, de Virginie Grimaldi

    Bilan lecture du mois de Juin, lecture voyages sur un mot roman avis littéraire chronique livre

    Harry Potter et les reliques de la mort, de J.K Rowling

    Bilan lecture du mois de Juin

     

    Soit un total de 6 livres et 2997 pages.

    Je vais vous préparer un petit article sur la saga Harry Potter à l'occasion, maintenant que je les ai relu. Ça ne sera pas vraiment une chronique, il y en a déjà tant, mais plutôt quelques éléments sur les livres. Sinon, depuis ce mois-ci, vous pouvez me retrouver sur booknode.

     

    Image par Free-Photos de Pixabay


    votre commentaire
  • Tu comprendras quand tu seras plus grande, de Virginie Grimaldi

    Tu comprendras quand tu seras plus grande, de Virginie Grimaldi, lecture voyages sur un mot roman avis littéraire chronique livre

    Année de publication (en France) : 2016

    Nombre de pages : 480

    ISBN : 978-2-253-06984-3

    Auteur : Virginie Grimaldi

    Éditeur : Le livre de poche

    Résumé :

    Quand Julia débarque comme psychologue à la maison de retraite Les Tamaris, elle ne croit plus guère au bonheur. Une fois sur place, elle se souvient aussi qu'elle ne déborde pas d'affection pour les personnes âgées. Dire qu'elle a tout plaqué pour se sauver, dans tous les sens du terme. Mais au fil des jours, la jeune femme découvre que les pensionnaires ont des choses à lui apprendre. Son quotidien avec des papys farceurs, des mamies fantaisistes et des collègues au cœur brisé lui réserve des surprises qui pourraient bien l'aider à retrouver le sourire. Sans oublier Raphaël, le petit-fils d'une résidente, qui ne la laisse pas indifférente...

    Une histoire de résilience, d'amour, d'amitiés, un livre plein d'humour et d'humanité, qui donne envie de savourer les petites joies de l'existence.

     

    Ma note : ♥/20

    Mon avis :

    J'ai lu ce livre en lecture commune avec Océan livresque. Vous pourrez retrouver mon ressenti au fil de la lecture ici, ou en story à la une sur mon compte instagram.

     

    Mais en bref, c'est un coup de cœur, littéralement !

     

    Bon, pour détailler un peu, c'est l'histoire d'une trentenaire, Julia, psychologue, qui a eu besoin de quitter sa vie parisienne suite à quelques malheureux évènements dans sa vie. Elle a donc accepté un poste de psy remplaçante dans une maison de retraite à Biaritz. Mais elle y va à reculons, se demandant si elle n'a pas fait le plus mauvais choix de sa vie.

    Et nous la suivons tout du long des huit mois qu'elle passe sur place.

    Une histoire simple au départ. Mais qui a permis à l'autrice de mettre en place énormément de choses dans son roman. J'ai beaucoup aimé.

     

    Concernant les personnages, Julia est en pleine reconstruction d'elle même. Elle vient de perdre coup sur coup son père puis sa grand-mère, et son homme l'a abandonnée. Elle est en plein deuil. Concernant sa personnalité, ce n'est pas une grande courageuse, dans le sens où elle peur des araignées et ne veut pas se baigner de nuit par peur des requins, mais par contre, pour surmonter les épreuves, elle en a, du courage... Elle a de l'humour, et surtout elle a un grand cœur. J'ai beaucoup aimé suivre l'évolution de ce personnage, la voir avancer, apprendre à vivre avec ce qui lui ai arrivé. On la voit grandir petit à petit. Et j'ai vraiment apprécié suivre l'évolution du personnage.

    Parmi les autres personnages, on a Marine et Greg, des collègues de Julia à la maison de retraite. Ses colocs, aussi, vu qu'ils ont chacun un studio dans un des bâtiments de la maison de retraite. Et enfin, ils deviendront des amis. Greg a tenu à la bonne intégration de Julia. Marine a engagé très vite une bonne relation avec elle à base de grog et de racontage de vie.

    D'autres personnages importants de ce livre sont évidemment les résidents. Chacun a sa personnalité. Il y a un papy farceur, une mamie tricoteuse, un pépé ronchon, un couple solide, et j'en passe... Tous sont touchants, chacun a leur manière. (Enfin, un peu moins le ronchon...)

    Et enfin, il y a Raphaël, aussi courageux que Julia (autrement dit, un froussard aussi), et avec le même humour.

    Des personnages qui valent le détour, sans hésitation !

     

    Le style de l'autrice est fluide, agréable à lire. Et plein d'humour, j'ai beaucoup rit pendant ma lecture. Et l'autrice fait passer énormément d'émotions pendant la lecture. Un style vraiment très appréciable, et apprécié, j'ai passé de très bons moments de lecture.

     

    J'attendais lors ma lecture une surprise à la fin, et je n'ai pas été déçue sur ce point. On ne s'attend pas à ce qui arrive. C'est en réfléchissant que je me suis dit "mais oui, effectivement, ce n'était pas précisé..." Très bien amenée.

    Et le dernier chapitre est vraiment très beau. C'est là qu'on comprend pourquoi ce titre. Mais pour savoir, je vous encourage à lire ce roman !

     

    Ce livre fait passer un message : le bonheur, c'est ici et maintenant. Et je trouve ça très bien amené dans le livre, très bien montrer. C'est beau. Et c'est aussi tellement vrai... Il faut parfois arrêter de se prendre la tête pour demain et vivre aujourd'hui.

     

    En bref, que des points positifs, pas de négatif, et je vous le recommande chaudement.

     

    En bref, ce que j'ai adoré : Tout !

    En bref, ce que je n'ai pas aimé : Rien !

     

    Citation :

    "On peut pas savoir combien de temps ça va durer. La vie, elle est là, elle est pas hier, elle est pas demain..."

     

    Mon ressenti lors de la lecture commune

    Chronique d'océan livresque

    jo-jou


    votre commentaire
  • Surf, de Frédéric Boudet

    Surf, de Frédéric Boudet, éditions memo, jeunesse, lecture voyages sur un mot roman avis littéraire chronique livre

    Année de publication (en France) : 2019

    Nombre de pages : 224

    ISBN : 9782352894216

    Auteur : Frédéric Boudet (site non trouvé)

    Éditeur : Éditions MeMo

    Résumé :

    À Adam, de retour pour les vacances, Brest n’a pas grand-chose à dire. Toujours au loin les grues du port, plus près, entre les toits des maisons, le même morceau d’océan, plus près encore le pavillon familial en un décor inchangé, avec au centre cette drôle de licorne maternelle, en manteau gris cintré, échappée de son zoo mental.
    Ici, il faudra fuir les heures qui se trainent, comme Adam sèche les cours de son école de graphisme, comme la vie se débrouille sans enthousiasme.
    Hors cadre, pourtant il y a des braises sonores sous les cendres. Emballé dans du plastique, un paquet de lettres fait résonner la voix de son père volatilisé et bel et bien définitivement disparu. L’ami télépathe, Jack-Nathan, ce géant de deux mètres, qui derrière ses Ray-Ban traque ces pauvres canards de surfeurs, avant de bouffer du sable et de s’évader de nouveau, exhorte Adam à arrêter de confesser les pop-corn et à se tirer loin de son petit enfer de grâce et d’oubli. Et il y a la vie enregistrée en sa plus infime sonorité déglinguée par Aeka, aussi furieusement allumée que Jack, les mots brûlants de Katel, les bouffées d’enfance.
    Tout parle en fait. Maintenant, c’est à Adam de raconter.

     

    Ma note : 14

    Mon avis :

    J'ai reçu ce livre dans le cadre d'une opération Masse Critique Babelio. Le principe : un livre en échange d'une critique. Je remercie beaucoup Babelio, ainsi que les éditions MeMo et l'auteur Frédéric Boudet, pour avoir l'envoi de ce livre.

     

    Pour une fois, je n'ai pas envie de m'étendre sur l'histoire. Le résumé est très complet sur ce point, et ce n'est pas ce qui est le plus important dans ce livre. Je dirais même que, à part le contexte de départ qui permet de mettre dans l'ambiance, pour le reste, c'est plus le cheminement du personnage qu'une véritable histoire. Un choix d'auteur comme un autre. Ça plait ou pas. Perso, ce n'est pas ce que je préfère, mais ça ne m'a pas dérangée non plus.

    Ce qui est plus important dans ce livre, c'est la recherche de lui même par le personnage principal, Adam. Donc on va plutôt parler de lui.

    Adam a 19 ans, il est à cet âge où on glisse doucement vers l'âge adulte, parfois, et ici notamment, sans vraiment s'en rendre compte. Il vient de perdre son père. Pour la deuxième fois. Pour la dernière fois. Il cherche à comprendre ce père auquel il a pensé chaque jour pendant les 11 dernières années, qu'il n'a jamais oublié, alors que lui l'a abandonné. Il vient de recevoir une lettre lui annonçant sa mort à laquelle étaient jointes quatre autres lettres écrites par père et jamais envoyées. Il doit donc faire le deuil de ce père qui est pourtant parti depuis longtemps. Alors il cherche à comprendre tout ce qui entoure son père. Il s'embourbe un peu dans ses souvenirs. Il est nostalgique d'un temps révolu, l'enfance.

    En bref, il traverse une période difficile de sa vie. Il est un peu perdu, nostalgique, il se cherche. Il veut des explications que sa mère n'est pas prête à lui fournir. Et nous suivons ses tribulations au rythme de son début d'été à Brest, en compagnie d'ami(e)s pas très communs. Et c'est intéressant de suivre ce qui se passe dans la tête de ce garçon. On ressort du livre dans un état d'esprit particulier.

     

    Parmi les autres personnages, il y a Jack. Meilleur ami d'Adam depuis leur enfance. Mais c'est un mec un peu loufoque. Il aime le bruit plus que la musique, il traine de-ci de-là sans savoir quoi faire, il a des réactions pour le moins surprenantes ainsi qu'une façon de parler bien à lui et pas très claire, et il estime être une cause perdue. Bref, un mec qu'on pourrait trouver étrange. Mais il aime Adam. Comme un frère. Et il essaie de l'encourager dans sa recherche à sa façon.

    Il y a aussi Aeka. Elle a l'air à la fois perdue dans les bruits qu'elle enregistre (elle aussi préfère le bruit à la musique), et pourtant clairvoyante sur certains points. Elle ne veut pas trop se lier aux autres. Difficile à cerner.

    Et enfin Katel. Ma préférée. Son humour. Sa personnalité qui amène de la lumière dans ce livre plutôt nostalgique. Une jeune fille qui rêve de découvrir le monde.

    Des personnages différents, chacun sa personnalité. Parfois difficile (voir très difficile) à suivre pour certains. Mais tous dans ce moment de glissement vers l'âge adulte, au sortir de l'adolescence, chacun avec sa façon de le vivre. Parce que c'est un moment difficile à vivre pour certains plus que pour d'autres. Des jeunes un peu paumés. Des personnages intéressants à suivre. Surtout Adam et son cheminement.

     

    Concernant le style de l'auteur, j'ai apprécié sa façon de décrire les lieux, Brest, la rade, tout ça. Ça donne une ambiance particulière au roman, qui colle avec l'état d'esprit d'Adam tout du long. On est comme lui, dans une sorte de nostalgie, de tristesse. Des descriptions au fil de l'eau dans le texte, parsemées par-ci par-là. J'ai trouvé une certaine poésie à sa façon d'écrire, une sensibilité que j'ai beaucoup aimé. Mais il est parfois difficile à suivre.

    Notamment dans les chapitres de souvenirs d'enfance, que les choix de l'auteur rendent difficiles à lire. Car en effet, la construction du livre fait que quelques chapitres "souvenirs" se glissent dedans, et je n'ai pas aimé la façon dont ils étaient écrit, avec très peu de ponctuation, on a du mal à s'y retrouver et à les comprendre, c'est dommage, j'aurais aimé les lire différemment.

     

    L'objet livre en lui-même est très beau. Je trouve la couverture absolument magnifique ! Elle a été illustrée par Brecht Evens, et franchement, j'adore. J'ai été jeter un œil sur son site, et je trouve son style absolument génial.

     

    Le fin est un peu simple, je trouve. Disons que les trois derniers chapitre s'enchainaient et c'est tout. La fin en elle même, est bien, la décision finale d'Adam convient très bien, la dernière scène est super, le détail qui reste en suspend, ouvert, j'ai bien aimé. Mais l'évènement qui a conduit à ce moment, la façon d'en arriver là... Je ne saurais dire quoi, mais il m'a manqué quelque chose.

     

    En bref, un objet livre très beau, un livre intéressant pour le cheminement du personnage principal, mais l'histoire n'est pas génialissime non plus, et si la fin m'a convenue, ce qui y a conduit, moins.

    Le livre est conseillé à partir de 15 ans, je confirme que le style de l'auteur peut-être difficile à aborder pour les plus jeunes.

     

    En bref, ce que j'ai adoré : l'objet livre, très beau, le cheminement du personnage principal pour faire ce deuil d'un père qu'il avait déjà perdu, le glissement vers l'âge adulte des personnages, la poésie et la sensibilité de l'écriture.

    En bref, ce que je n'ai pas aimé : le fait que les personnages soient parfois compliqués à suivre, les chapitres "souvenirs" trop difficiles à lire, les événements conduisant à la fin qui m'ont laissée perplexe. Je pourrais ajouter le fait que le cheminement du personnage soit en lieu et place d'une véritable histoire, même si ça ne m'a dérangé plus que ça.

     

    Citation :

     "Ce paysage me donnait depuis toujours l'impression que tout n'était qu'affaire d'humilité devant la puissance sans réserve de la mer."

    jo-jou


    votre commentaire
  • En quête d'Emma, de K.P. Laurentie

    En quête d'Emma, de K.P. Laurentie, lecture, voyages sur un mot, roman, avis, littéraire, chronique, livre

    Année de publication (en France) : 2020

    Nombre de pages : 262

    ISBN : 979-8-646149-78-8

    Auteur : K.P. Laurentie

    Éditeur : Livre auto-édité

    Résumé :

    Qui n’a jamais rêvé de changer de vie ? De briller parmi les étoiles ?
    Il a suffi d’un petit mensonge, pour propulser Emma dans un monde de strass et de paillettes. Un simple malentendu, pour la propulser au-devant de la scène et provoquer un tsunami dans sa vie. Entre la vie qu'elle a et celle qu'elle rêverait d'avoir, elle ne sait plus quelle route emprunter. De Paris à la Normandie, du conte de fées à l'obscurité, sa quête d'identité va l'emmener plus loin qu'elle ne l'aurait imaginé, jusqu'aux portes de l'étrange.
    Qui saura la guider, pour la remettre sur le bon chemin, et l’aider à trouver qui elle est?

    Si vous aimez le suspense, la romance et le fantastique, partez « En Quête d’Emma ».
    Mais prenez garde de ne pas vous perdre dans le vert immense, le blanc glacial, ou le bleu de ses yeux.

     

    Ma note : 12/20

    Mon avis :

    Avant de commencer, je tiens à remercier l'autrice de m'avoir envoyé son roman et de la confiance qu'elle m'a accordée pour en faire la chronique.

     

    Malheureusement, ce livre ne m'a pas trouvée. Les autres commentaires que j'ai lu dessus étaient très enthousiastes pour la plupart, ce qui ne sera pas le cas ici. Toutefois, chacun ayant un avis différent, je vous invite à aller voir celui d'autres personnes qui ont plus apprécié ce livre que moi, peut-être que vous aurez tout de même envie de le lire, et peut-être que ce livre saura vous trouver mieux qu'il ne l'a fait avec moi.

     

    L'histoire, c'est celle d'Emma. Une jeune femme qui, lorsqu'on la rencontre, semble perdue dans sa vie, perdue dans son esprit, perdue en elle même. Et l'on suit sa quête pour se trouver, alors qu'elle essaie de se sortir du bourbier dans lequel elle se trouve à la suite d'un simple mensonge dont elle ne soupçonnait pas les conséquences. Conséquences qu'on a beaucoup de mal à comprendre au début.

    J'ai eu du mal à accrocher, beaucoup de mal. (Mais je pense que c'est en partie dû au fait ma précédente lecture vu un véritable coup de cœur, et que ce livre a donc un peu souffert de la comparaison.) Il m'a fallu beaucoup de temps pour rentrer dans l'histoire. Notamment parce qu'on fait la connaissance du personnage alors qu'elle semble au plus bas, mais sans que l'on nous explique tout de suite le pourquoi de sa situation, donc j'ai eu du mal à comprendre au début.

    Cependant, malgré mes difficultés à y entrer, je dois reconnaître à cette histoire toute son originalité ! Si le scénario ne m'a pas plus emballée que ça, je l'ai tout de même trouvé recherché et travaillé, l'autrice a fait preuve de beaucoup de créativité je trouve.

     

    Le personnage principal est Emma, une femme dans la trentaine. On la découvre à Granville, complètement perdue, à être arrivée là sans avoir l'air de savoir pourquoi. Elle semble fragile, hésitante, fatiguée, et avoir peur d'être "persécutée" aussi, sans que l'on comprenne vraiment pourquoi dans un premier temps. C'est pour toutes ces raisons qu'elle a besoin de se reconstruire. C'est le genre de fille à se faire discrète, à se faire oublier, à ne pas oser être elle même. Alors elle n'assume pas ce qui lui arrive.

    J'ai eu du mal à m'attacher à elle au début, ce malgré mon envie de comprendre ce qui arrivait à cette pauvre femme pour qu'elle en soit là. Mais avec le temps (long tout de même), finit par venir l'envie de voir sa quête d'elle même aboutir.

    Les autres personnage sont secondaires.

    Celui auquel je me suis le plus attachée, Maxime, a, pour moi, manqué dans la conclusion de l'autrice. Un ancien camarade de classe d'Emma, aujourd'hui ils travaillent ensemble. Ambitieux, avec du caractère et du culot, mais aussi ses blessures intérieures. J'ai bien apprécié ce personnage, même si son rôle n'était pas très important.

    Il y a aussi Astrid, amie d'Emma. Protectrice envers l'héroïne, la tête sur les épaules. Je pense que j'aurais pu l'apprécier si elle avait eu une place plus grande et si j'avais eu plus de temps pour la connaître.

    Sinon, il y a Steve, Lawrence et madame Potter. Qui accueillent et accompagnent Emma dans sa quête. Ces trois là ne m'ont pas vraiment plu. Je ne les ai ni aimé ni pas aimé. Bien que ce que l'on découvre à propos de Lawrence à la fin m'a touchée et m'a permis de mieux l'apprécier dans le dernier chapitre.

    En bref, des personnages que j'ai trouvé dans l'ensemble assez moyens, celui que j'ai le plus apprécié ayant l'un des plus petits rôles au final.

     

    Le  style de l'autrice est comme son scénario, recherché et travaillé. On sent l'ambiance, la pesanteur qui pèse sur le personnage comme l'apaisement qui est le sien selon les situations. Mais il est aussi parfois trop lourd à mes yeux. Ça dépend des moments. Même si ça ne m'a pas du tout empêché de lire ce livre.

    Dans tous les cas, l'ambiance est bien retranscrite, on sent le mystère derrière lequel se cache le côté fantastique promis dans la quatrième de couverture.Car en effet, le côté fantastique prend petit à petit de plus en plus de place, et j'ai trouvé ça appréciable.

    Le suspens est présent aussi. Pas haletant, mais on se demande tout de même pourquoi, le lien entre ce qui arrive à Emma depuis un an et le lieu où elle arrive, on se pose aussi des questions sur les particularités de ce lieu. C'est donc un suspens, malgré le fait qu'il soit léger, qui est quasi constant.

    Par contre, concernant la romance promise en quatrième de couverture, je cherche encore. Si c'est ce par quoi on en arrive à la toute dernière scène, ça laisse à désirer (et comme je ne vois pas ce que ça peut-être d'autre...). Cette romance ne manque pas à l'histoire, parce qu'elle aurait modifier l'ambiance installée qui colle bien avec ladite histoire, et ça aurait été dommage. Mais elle ne devrait, à mon sens, pas être promise dans le résumé du livre. Il ne faut pas lire ce livre pour la romance, sinon vous serez forcément déçu.

    Et je pense que c'est aussi ce qui a pêché pour moi. Le résumé nous promet du suspense, de la romance, et du fantastique., c'est donc ce que j'attendais de ce livre. Pour le côté fantastique, je l'ai bien trouvé au travers des légendes du lieu principal de l'histoire qui prennent vie, donc c'est un bon point. Mais je m'attendais à un suspens plus prononcé, et s'il n'est pas absent, il est trop léger pour combler mes attentes. Et enfin, j'avais envie de voir cette romance promise éclore et j'ai été plus que déçue sur ce point.

    Un résumé faisant donc des promesses qu'il ne tient pas à mon goût.

    Globalement, je ne sais pas si le livre est passé à côté de moi ou si c'est moi qui suis passé à côté du livre, mais la magie n'a pas opéré pour moi.

     

    En bref, ce que j'ai adoré : un scénario que j'ai trouvé original, pas dans un genre que j'ai l'habitude de lire. Et, sans avoir adoré, j'ai aimé le côté mystérieux et le côté légendaire qui prend part à l'histoire.

    En bref, ce que je n'ai pas aimé : les personnages ne m'ont pas touchée, je n'ai pas accroché à l'histoire, et enfin les promesses non tenues du résumé à propos du suspens et de la romance.

     

    Citation :

     "Lâcher prise, lui avait conseillé Steve, c'était ce qu'elle faisait : elle acceptait de se laisser couler."

    jo-jou


    votre commentaire
  • Lecture Commune : tu comprendras quand tu seras plus grande, de Virginie Grimaldi

    Demain, je vais me lancer dans une lecture commune avec Océan Livresque.

    Pour cela, nous avons choisi un livre que Debo avait envie de lire depuis un moment et qui, de mon côté, se trouvait dans ma PAL depuis trop longtemps.

    Il s'agit de Tu comprendras quand tu seras plus grande, de Virginie Grimaldi.

    Nous allons principalement le faire sur Instagram, mais je mettrais mon ressenti sur chaque partie lu ici aussi.

    Nous nous prévoyons une dizaine de jour pour lire le livre, que nous allons lire au même rythme. Si l'envie vous prend de le lire avec nous, nous serons ravies d'avoir vos ressentis aussi !

    Pour plus de détails, retrouvez moi en story sur Instagram, je serais ravie de vous répondre ^^

    Et à demain pour le début de cette lecture !

     

     

    17 juin, mon avis sur la première partie : pages 1-83 (mois de Février dans le roman) :

    Le prologue est intriguant. On se demande ce qui s'est passé ce jour là.

    Puis le roman démarre. On est en février, en plein hiver. Ça tombe bien, l'hiver semble être l'humeur du personnage principal aussi. Ce personnage, c'est Julia, trentenaire, psychologue qui vient exercer pour un remplacement en maison de retraite. Mais elle n'aime pas les vieux, a des a priori sur ce que vont être les prochains mois, et a surtout envie de fuir. Sans compter qu'on découvre ce qu'on été les six derniers mois pour elle. Pas joyeux. On comprend pourquoi son humeur est en hiver.

    Un peu peureuse, une femme qui m'a tout de suite touchée, par son histoire récente, par sa façon de pensée aussi, agrémenté des touches d'humour narrative de l'autrice qui m'ont fait sourire.

    On découvre aussi un peu les occupants de cette maison de retraite. Le personnel, Greg (animateur et tenant à l'intégration de cette nouvelle psy), Marine (rencontre avec grog, racontage de vie et déboires capillaires). Les résidents : Léon (pépé ronchon), Louise (gentille tricoteuse), Gustave (papy farceur),...

    Des occupants que j'ai tout de suite apprécié. Je sens qu'on va avoir affaire à une bonne équipe.

    Le style d'écriture est génial. Fluide, entrainant, on est tout de suite dans l'histoire. On a envie de suivre les personnages jusqu'au bout du livre sans s'arrêter. Et des touches d'humour, des expressions qui m'ont souvent fait sourire, malgré l'humeur hivernale de Julia. Vraiment très agréable à lire.

     

    19 juin, mon avis sur la deuxième partie : pages 84-162 (mois de Mars-Avril dans le roman) :

    Dans cette deuxième partie, on continue de découvrir Julia. Et elle, elle apprend à apprécier l'endroit où elle se trouve et les petits vieux qui l'entourent. Elle se rend compte que ce ne sont pas que des petits vieux, mais surtout des personnes qui ont été jeunes comme elle l'est, et qui ont juste plus d'expérience qu'elle de la vie. Et qui se débrouillent mieux qu'elle ne l'aurait pensé en gym douce... winktongue

    Julia met aussi un terme clairement définitif à sa dernière relation dans laquelle elle mettait encore de l'espoir. Elle se rend compte que cet homme n'est pas pour elle. Ça lui permet d'évoluer.

    Ses collègues, Greg et Marine, voit leur relation évoluer, et Julia en est le principal témoin.

    Bref, la vie continue au Tamaris. Et Julia y évolue. Et ça fait plaisir de la voir évoluer comme ça. Perso, j'apprécie beaucoup ce personnage.

    Le style d'écriture est toujours aussi agréable, ponctué d'humour, ce qui donne une ambiance que j'aime beaucoup au roman. On en redemande pour la suite !

     

    21 juin, mon avis sur la troisième partie : pages 163-216 (mois de Mai dans le roman) :

    Dans cette troisième partie, Julia s'intègre de plus en plus aux tamaris. Elle y est bien. Et elle progresse dans le deuil de son père.

    La vie n'est pas simple tous les jours dans une maison de retraite, et les résidents n'y sont pas éternels. Julia le savait (justement la raison pour laquelle elle regrettait de venir y travailler au début), mais elle le découvre tout de même. Ce qui amène à différents moments pleins d'émotions diverses.

    Et enfin, elle retrouve sa sœur. Mais pas comme elle l'aurait souhaité. Pas un moment facile, loin de là. Pas celui que j'aurais espéré. Mais elles doivent en passer par là, je pense. C'est une étape dans leur relation avant la suite.

    Bref, beaucoup d'émotions dans cette partie. J'ai beaucoup aimé. Hâte de continuer...

     

    23 juin, mon avis sur la quatrième partie : pages 217-280 (mois de Juin dans le roman) :

    Une quatrième partie moins triste que la précédente, mais avec toujours autant de sentiments et d'émotions pour ma part.

    Une nouvelle résidente arrive, et avec elle, son petit-fils qui l'accompagne. Et qui ne déplait pas à Julia, bien qu'elle essaie de faire croire le contraire à tout le monde (elle compris). J'adore ce personnage qui a autant de courage que Julia (autrement dit, on le cherche encore), il a aussi l'air d'avoir un certain humour. Bref, il a l'air de s'accorder très bien avec notre Julia.

    Greg et Marine officialise leur relation (mais pas de façon totalement volontaire...).

    Et Julia a des idées pour ses résidents, pour faire plaisir aux uns avec un anniversaire de mariage (et je sens que ça va être un beau moment), ou pour piéger un papy ronchon à son propre jeu (et je suis très curieuse de voir ce qu'elle a comme idée sur ce point).

    Et enfin, Julia se sent prête à passer une étape clé dans le deuil qu'elle vit. Et ça fait du bien pour elle. Cette étape est tellement touchante d'émotions... Même s'il en reste d'autres, on y croit, elle va aller de mieux en mieux.

    On attend la suite. Je sens qu'on va encore avoir droit à des moments riches en émotions, je suis curieuse de voir ce que nous réserve Julia avec ses résidents, ainsi que ce qui va se passer entre elle et Raphaël. Et il y a aussi le mystère des voix nocturnes à résoudre, et ce point taquine ma curiosité... Bref, ça sent l'été dans ce roman (par ma fenêtre aussi), et j'ai hâte de voir ce qu'il nous réserve.

     

    25 juin, mon avis sur la cinquième partie : pages 281-362 (mois de Juillet-Août dans le roman) :

    Beaucoup de choses se passent durant cette partie. Une rencontre intergénérationnelle riche en partage, une fête pleine d'émotion, un guet-apens provoqué par Marine et Greg pour Julia et  Raphaël, qui se rapprochent. Juste un peu... Julia n'est pas encore prête.

    Un mystère nocturne se résout, et j'ai adoré l'explication, ça m'a fait rire. Julia a aussi l'occasion d'apprendre les nouvelles technologie à une des résidentes. Et elle règle ses comptes avec le pépé ronchon. Celui-là, il est désagréable au possible, mais elle s'en est sorti avec lui.

    On a aussi l'occasion de voir que l'amour, c'est à tout âge, et c'est vraiment beau...

    Bref, beaucoup de beaux moments, une lecture très agréable, Julia est enfin mieux dans sa peau. Même si ça reste dur. Notamment le jour des un an de la mort de son père. Mais elle a sa famille, et elle peut partager sa peine en retrouvant sa sœur. Un beau moment.

    Julia se rend progressivement compte que son contrat aux Tamaris touche à sa fin. Elle réalise tout ce que cet endroit et ces personnes lui ont apporté. Et que ça va lui manquer. Elle se rend aussi compte à quel point ça lui a permis d'avancer.

    Bref, une partie bien remplies, que j'ai beaucoup aimé. Et on sent que la fin arrive, avec le dernier mois de son contrat. Mais je pense que l'autrice va me surprendre dans la dernière partie...

     

    27 juin, mon avis sur la sixième et dernière partie : pages 363 à la fin (mois de Septembre-Octobre dans le roman) :

    J'ai lu cette dernière partie d'une traite jusqu'à la fin. Et j'en voulais encore. Alors j'ai lu les remerciements. Et s'il y avait eu d'autres mots dans ce livre, je les aurais lu aussi.

    Cette dernière partie... J'ai adoré...

    J'ai eu les surprises de dernière minute que j'attendais. La fin est belle, vraiment.

    Et le message que fait passer ce livre... On peut le résumé à ça : la vie, le bonheur, c'est ici et maintenant. Il faut vivre au présent. Et c'est un beau message. Quelque chose que je n'applique pas assez, trop stressée que je suis (même si j'y travaille, à apprendre à lâcher prise et profiter de l'instant). J'ai toujours tendance à penser un peu trop à demain et pas vraiment assez à aujourd'hui. Alors le message de ce livre que touche profondément. Charge à moi de l'appliquer. Sans attendre d'être plus grande...

     

    Lien vers ma chronique

    Lien vers la chronique d'océan livresque, qui a lu ce livre en même temps que moi


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique